viernes, 19 de febrero de 2021

Emily Bisharat première avocate jordanienne inscrite au barreau



Emily Bisharat naît en 1913, dans une famille de la ville de Salt. Dès son plus jeune âge, elle veut devenir avocate. Étudiante brillante, après avoir obtenu son diplôme du Syrian British Collège de Beyrouth, elle devient l’une des premières enseignantes de Jordanie. Quelques années plus tard, elle étudie le droit à l’Université de Londres et retourne dans son pays pour y être la première avocate jordanienne inscrite au barreau. Sa fonction et sa spécialisation lui confèrent une connaissance approfondie des problèmes auxquels sont confrontées les femmes jordaniennes. Elle décide donc d’agir. Elle et ses collègues avocates parviennent, après des efforts acharnés, à créer en 1945 le premier syndicat de femmes en Jordanie. Au fil des années, son militantisme sa prise de conscience s’intensifient et gagnent en maturité. Emily Bisharat et ses camarades, créent un nouveau syndicat de femmes « L’Union des femmes arabes » dans les années 1950. Elle poursuit son action sociale ainsi que son combat politique et, devient une personnalité éminente au sein du monde arabe. On compte parmi les jalons les plus importants de son parcours l’obtention des jordaniennes du droit de vote et de se porter candidate aux élections en 1974. Elle meurt en 2004, à l’âge de 90 ans. Au cours de sa vie, elle a reçu un grand nombre de médailles et de titres honorifiques, et de nombreux centres d’activités destinées aux femmes portent aujourd’hui son nom.


http://www.efi-ife.org/sites/default/files/EFI_Gender%20Equality%20Education%20manuel_FR.pdf

http://jordanembassyus.org/blog/women-activists-remember-life-and-legacy-emily-bisharat

jueves, 18 de febrero de 2021

Rola Hoteit

 

La carrière de capitaine de ligne de Rola Hoteit a commencé il y a presque 25ans par un défi. Elle était étudiante en deuxième année de mathématiques à l’Université Américaine de Beyrouth (UAB) quand l’un de ses amis lui a fait part d’une annonce surle recrutement par Middle East Airlines de pilotes hommes etfemmes. Il a plaisanté autour de l’idée selon laquelle les femmes parvenant à peine conduire une voiture comment pourraient elles piloter un avion… Piquée au vif Rola a défendu le fait que les hommes et les femmes étaient égaux. 

Comme il continuait de se moquer elle l’a mis au défi de postuler avec elle et de voir ce qui s’en suivrait. 25 ans plus tard, c’est elle qui pilote des avions, lui non ! Rola a été la seule femme pilote au Liban pendant 23 ans et reste aujourd’hui la seule femme capitaine dans son pays. Elle est mariée et mère de deux garçons: l’un est étudiant à Stanford, l’autre est lycéen. Elle a parallèlement à son travail repris ses études et obtenu un Brevet Supérieur en mathématiques. Elle prépare désormais une maîtrise en philosophie à l’UAB.

 Élue à la vice-présidence régionale de la Fédération internationale des Associations de Pilotes de ligne (IFALPA), et première femme à occuper cette fonction, Rola Hoteit obtient aussi une bourse en Grande Bretagne de la très sélective Royal Aeronautical Society, parmi d’autres prestigieuses distinctions.

http://www.efi-ife.org/sites/default/files/EFI_Gender%20Equality%20Education%20manuel_FR.pdf

sábado, 13 de febrero de 2021

Djamila Bouhired

 


Djamila Bouhired est née en juin 1935 à Alger, alors en Algérie française, dans une famille de classe moyenne d’un père algérien et d’une mère tunisienne. Elle est scolarisée à l’école française. Djamila Bouhired rejoint le Front de libération nationale durant ses années étudiantes. Elle travaille plus tard comme officier de liaison, et assistante personnelle de Yacef Saadi, chef de la Zone autonome d’Alger pendantla bataille d’Alger. Elle fait partie des six femmes « condamnées à mort pour des actes terroristes » pendant la guerre d’indépendance. Le 9 avril 1957, elle est capturée parla 4e compagnie du 9e régiment de Zouaves du capitaine Sirvent. 

Étant porteuse de documents prouvant qu’elle est en contact avec Yacef Saadi, les services spéciaux la torturent pourlui faire avouer où il se cache, mais elle ne livre que des adresses sans importance et des informations déjà révélées par les documents saisis. Inculpée pour sa participation aux attentats, elle est avec Djamila Bouazza, condamnée à mortle 15 juillet 1957. Soutenue par une intense campagne internationale elle est finalement graciée, puis libérée en 1962 dans le cadre des accords d’Évian. 

 La vie de DjamilaBouhired a été adaptée au cinéma par Youssef Chahine dans le film Djamilah, sorti en 1958. Elle a été décorée de l’ordre du Mérite national d’Algérie (première classe) et de l’Ordre de l’Ordre de Grand-officier de l’ordre de la République en Tunisie. 

 Djamila Bouhired vit en Algérie. Elle a été l’une des personnalités les plus importantes du mouvement populaire du Hirak qui a débuté en février 2019.

http://www.efi-ife.org/sites/default/files/EFI_Gender%20Equality%20Education%20manuel_FR.pdf

viernes, 12 de febrero de 2021

Hypathie d’Alexandrie



Hypatie d’Alexandrie est la fille du mathématicien Théon d’Alexandrie (env. 335 - env. 405). Elle est née aux alentours de 370 et a vécu sous le règne de l’empereur Flavius Arcadius. C’est une philosophe néoplatonicienne, astronome et mathématicienne. Femme de lettres et de sciences, elle est à la tête de l’école néoplatonicienne d’Alexandrie. Alexandrie est perçue à cette époque comme la deuxième capitale philosophique mondiale du monde gréco-romain après Athènes. Hypatie y enseigne les mathématiques et la philosophie à des étudiants de toute la zone méditerranéenne. 

L’historien chrétien, contemporain d’Hypatie, dit d’elle, qu’elle avait fait un si grand progrès dans les sciences qu’elle surpassait tous les Philosophes de son temps, et qu’un nombre infini de personnes accouraient pourl’écouter. Autre faitremarquable : elle ne se sentait aucunement décontenancée à l’idée de se rendre à une assemblée d’hommes. Elle écrit en grec, qui est la langue parlée par les personnes les plus instruites en Méditerranée orientale à cette époque. 

Les ouvrages écrits par Hypatie dont les titres nous sont parvenus concernent les mathématiques etl’astronomie. Une partie de son traité SurleCanonAstronomique de Diophante est retrouvée dans la bibliothèque du Vatican au XVe siècle. La plupart des chercheurs aujourd’huire connaissent qu’Hypatie a été l’une des plus grands mathématiciens de son temps.


http://www.efi-ife.org/sites/default/files/EFI_Gender%20Equality%20Education%20manuel_FR.pdf

martes, 9 de febrero de 2021

Touria Chaoui, première femme pilote non seulement du Maroc mais aussi de l’Afrique

 


Touria Chaoui, la plus jeune et la première femme pilote non seulement du Maroc mais aussi de l’Afrique et du monde arabe arabe. Passionnée dès son enfance par les jeux mécaniques, elle décide, à une époque où il n’était pas facile pour une femme marocaine d’apprendre à piloter, de s’inscrire à l’école d’aviation de Titt Melil, qui étaitréservée aux enfants de colons. Sa famille a beaucoup fait pour lui permettre de suivre cette formation, malgré l’hostilité etle harcèlement sévère dont elle étaitl’objet. Elle était déterminée à poursuivre ses études et a obtenu brillamment son diplôme. 

 Touria a été soumise à quatre tentatives d’assassinat parles colonialistes entre 1954-1955 : une bombe a été lancée sur la maison de sa famille et elle a été la cible de plusieurs attaques par armes à feu, car elle représentait un symbole de lutte et de résistance. La cinquième tentative de meurtre a été fatale, la veille de l’accès parle Maroc à l’indépendance, Touria n’avait que 19 ans. 

Plus de 60 000 Marocains ont accompagné ses funérailles, et un très grand nombre de familles marocaines appelle leurs filles par son nom. 

 http://www.efi-ife.org/sites/default/files/EFI_Gender%20Equality%20Education%20manuel_FR.pdf

miércoles, 3 de febrero de 2021

Majida Masri politique palestinienne engagée pour la cause des femmes palestinienne


 Figure politique palestinienne engagée pour la cause des femmes palestinienne, Majida Masri est née à Haïfa en 1947, elle a immigré avec sa famille à Naples en 1948 suite à la Nakba. Après des études secondaires à Nablouse, elle a obtenu une licence de Chimie à l’Université du Caire en 1970. Majida à lié très tôt l’engagement féministe à son combat politique. Elle a rejoint la résistance palestinienne après l’occupation de laCisjordanie et de la bande de Gaza parIsraël en 1967. Éloignée de force l’année suivante, elle n’a pu retourner dans son pays qu’après 28 ans en temps que membre du conseil national palestinien, après l’accord de paix. Pendant ses années d’exil au Liban et en Jordanie elle a occupé diverses responsabilités notamment au sein d’organisations féministes et de la coordination du Réseau Féministe Arabe contre la normalisation, formé en 1995 lors de la Conférence préparatoire des pays arabes de la Conférence de Pékin. Depuis son retour en Palestine en 1997 elle a été l’une des premières féministes à assumer des responsabilités politiques de premier plan. 

 Elle est membre depuis 1996 du Conseil National Palestinien, depuis 2003 membre du bureau politique du Front Démocratique pour la Libération de la Palestine, et membre du secrétariat de l’Union Générale des Femmes Palestiniennes depuis 2015. Majida a assuré deux mandats de Ministre desAffaires Sociales entre 2009 et 2013 et a établi dans le cadre de ses fonctions un partenariat entre le Ministère et la société civile sur les droits des femmes. Elle a été alors dans ces fonctions, à l’origine de différentes mesures visant à protéger les femmes victimes de violence. Elle est aujourd’hui membre de plusieurs organisations et réseaux féministes en Palestine et au plan international.


http://www.efi-ife.org/sites/default/files/EFI_Gender%20Equality%20Education%20manuel_FR.pdf


viernes, 29 de enero de 2021

Hoda Chaaraoui très actif pour les droits des femmes

 


Hoda Hanem Chaaraoui est égyptienne, elle nait en 1879 et meurt en 1947. Eduquée, voyageuse et parlant plusieurs langues, elle va jouer un rôle très actif pour les droits des femmes dès 1919 lorsqu’elle crée la « Société de la femme nouvelle » pour favoriser l’alphabétisation des femmes et l’enseignement de l’hygiène. Quatre ans plus tard, en 1923, elle fonde l’« Union Féminine Egyptienne ». Elle participe également à la vie politique égyptienne notamment au sein du Wafd pour parvenir à l’indépendance de l’Égypte. Après la mort de son mari auquel elle avait été mariée à l’âge de 13 ans, à son retour d’un voyage dans le cadre de ses activités associatives, elle se dévoile : l’égalité femmehomme passe, déclare-t-elle, par l’amélioration des conditions sociales des femmes, le développement de leur éducation et une solidarité des pays arabes, femmes et hommes confondus. 

 C’est dans ce sens qu’elle écrit au Premier Secrétaire de la Ligue arabe nouvellement constituée en 1945 pourlui faire part de l’intérêt de l’Union des Femmes Arabes pour les affaires politiques et sociales. Elle lui mentionne que l’article 13 des statuts de l’Union stipule que son bureau s’efforcera de déléguer des membres de ses commissions à la Ligue des États arabes pour travailler à l’établissement d’une collaboration en vue de servir « les intérêts nationaux communs » et parce que « les circonstances actuelles exigent la collaboration des deux sexes ».

 Véritable pionnière en matière des droits des femmes dans le monde arabe, elle réunit les associations féminines dans ce combat mais aussi dans les luttes pourl’indépendance de leurs pays. La vie et l’œuvre de Hoda Hanem Chaaraoui invitent à garder en mémoire son histoire, source d’inspiration et de réflexion en ces temps où les débats sur l’égalité entre les femmes et les hommes et l’indépendance des peuples restent de pleine actualité, le parcours et les actions de cette femme valent d’être connus et promus comme exemples.


http://www.efi-ife.org/sites/default/files/EFI_Gender%20Equality%20Education%20manuel_FR.pdf